Chargement Évènements

Éloquence de l’imaginaire

1 juillet - 5 juillet

Nach (Formatrice-):

J’invite les participant.xs à réaliser et à valoriser ce qu’iels sont déjà. Une manière de se mettre en mouvement, un imaginaire spécifique, une manière de faire récit et un récit unique.
A partir de cette matière il sera proposé des outils pour faire évoluer et enrichir leur gestuelle avec notamment comme base de travail, mes fondamentaux en danse Krump puis certaines connaissances accumulées en voyage et en recherche sur les arts du récit, états de corps des glissements de perception, de qualité de mouvant, d’incarnation.
Je fonctionne en proposant des règles du jeu, des réinventions de rituel pour pousser les incarnations et déployer les énergies hautes et aider à donner vie a ces fameux personnages.
Un rituel sera celui du LAB (le laboratoire). L’étude d’une gestuelle toustes ensemble, puis un temps d’exploration personnel pour finir par la restitution de l’étude au groupe (plusieurs petits groupe selon le nombre de participant.xs).
Des traversées sont également proposées enfin de pouvoir s’habituer à la prise d’espace. La conscience de l’espace étant une étape de la formation.
Ces outils permettent aux chercheur.euses d’enrichir leur rapport au mouvement et à l’action de faire récit. Ils et elles pourront clarifier un discours et trouver des manières variées de faire ce discours.
Le lien que se tisse au fur et à mesure entre les personnes constituant le groupe est important pour l’expérience de l’ouverture à l’autre et pour comprendre comment convoquer une posture spécifique et passer dans différents types d’énergie, notamment grâce au soutien du groupe.
L’idée est que chacun.e puisse s’emparer de ces outils pour sa propre recherche.
Je passe par la transmission de ma première approche de la danse qu’a été l’esthétique et le rituel Krump pour ensuite l’ouvrir. Je donne des outils aux artistes, leur propose un déplacement de perspectives au travers des codes Krump en parallèle avec ce qu’iels ont dans leur pratique. S’en saisir, s’en nourrir puis s’en défaire. Nourrir son propre univers, affûter sa corporalité et pouvoir emprunter de nouveaux chemins de corps. Je base le travail sur des structures élaborées et éprouver pendant la semaine de stage. Sorte de canevas a l’intérieur desquels improviser.
La place de l’image filmique et photographique dans mon travail est majeur. Je proposerais au groupe une exploration dans ce sens.
Tout comme les thématiques que j’explore actuellement dans mon travail, à savoir le désir, la puissance, le rituel, la communauté, l’individu dans la communauté, l’invisible, l’identité multiple.

 

Détails

Début : 1 juillet
Fin : 5 juillet

Lieu

Lieu : La Friche, Marseille
Adresse : 41 rue Jobin
Marseille,

+ Google Map